Rechercher
  • oliviercarpentieri

Douleurs cervicales et céphalées

Cette patiente vient en consultation pour la première fois en se plaignant de céphalées et de cervicale depuis plusieurs années.

L'anamnèse fait ressortir une fracture de l'astragale datant de plusieurs années aussi.

Alors il faut savoir que mécaniquement, les cervicales n'entrainent pas de maux de tête ; ceci est une croyance véhiculée par les médecins qui associent un peu de raideur cervicale aux céphalées...

Ici nous trouvons des mémoires émotionnelles sur la zone cœur qui datent (car nous pouvons les dater) de l'année du traumatisme sur le pied.

La présence de ces somatisations est due au stress véhiculé par la chute et la fracture de l'astragale. Au niveau de la zone cœur, celles-ci créent une perte de mobilité au niveau thoracique et dorsal. Nous savons que la rotation de la tête est notamment possible par la mobilité dorsale et non cervicale. Ceci entraine une adaptation mécanique sur les cervicales qui perdent alors de la mobilité et s'inflamment.

En parallèle, ces somatisations maintiennent les tensions tissulaires au niveau du pied traumatisé.

Enfin ces somatisations étant un stress sur le système nerveux, celui-ci le compense par d'autres mémoires émotionnelles qui augmentent la tension de façon significative et permanente sur l'axe rachidien. Cette tension est suffisante pour crée l'inflammation des méninges crâniennes, c'est à dire le mal de tête.

La levée de ces mémoires permet donc de libérer les cervicales, les tensions tissulaires du pieds (aidé par quelques manipulations intra osseuses plus longues à se désadapter) et de soulager le système nerveux d'un stress, ce qui induit une diminution de l'activation des autres mémoires et une diminution de la tension dure-mérienne et donc des céphalées.





93 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout