Rechercher
  • oliviercarpentieri

Autisme modéré (niveau 2)

Une maman me mène son fils de 14 ans qui présente donc des troubles de l'attention, du comportement, de la compréhension. Dans le cabinet il est agité, bouge, touche tout, passe d'une action à l'autre sans apparent lien.

Ici, les somatisations sont importantes puisqu'elles ancrent des stress (souvent naissance et petite enfance) qui maintiennent l'individu dans la pression dans son cas à lui (estomac), mais ce qui est plus important est son schéma émotionnel plus profond qui interfère grandement dans la gestion de l'information et des perceptions. Ici son schéma est au plus bas (1- ; il sera abordé au module 2 du séminaire), ce qui coupe littéralement l'individu de sa perception de temps, d'espace et de la perception de lui-même. Ce schéma est modifié progressivement, séance après séance, ouvrant ses perceptions. Plus nous percevons et recevons les informations extérieures sans les filtrer, plus nous pouvons y répondre demanière intelligente et coordonnée. Dans son cas, lors de la seconde séance, sa maman m'explique qu'il écoute plus, qu'il est plus calme et apaisé et qu'il est plus présent dans son regard. Il le soutient et la maman sent que l'échange est plus riche.

Lors de la troisième séance, tout ceci s'est encore plus amélioré. De fait, les parents sont plus apaisés car ils ont moins besoin d'être derrière lui, et lui gagne en autonomie et en intelligence émotionnelle.

Pour avoir traité un nombre significatif d'autistes légers à sévère, l'évolution est quasiment toujours de ce type. Toute le monde bénéficie de cette amélioration, l'enfant et la famille. Je tiens à noter que plus l'enfant est pris tôt plus l'évolution est rapide et le gain potentiel ultérieur est grand.






50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout